• 8-04-2011 Carrières de marbre Carrara MS Toscana Italie

    La récente création (en 2010) de vols directs de Bordeaux à Milan et Bologne (merci Easyjet et Ryanair !) ont largement facilité les rencontres avec ma famille. Mes parents sont venus passer quelques jours chez nous début avril. 

    Ayant déjà eu l’occasion de visiter beaucoup de choses autour de chez nous, pour changer du tourisme "classique" ils nous ont proposé une sortie pour le moins originale : les carrières de marbre de Carrara. 
    Il faut dire que ma mère est fille d’un maçon et petite fille d’un tailleur de pierre. Enfant j’ai moi-même beaucoup joué dans la cour de mes grands-parents entre les sacs de ciment, les parpaings et autres matériaux de construction. Nous avons donc un certain feeling avec le monde de la construction. 
    Luigi et moi nous sommes libérés pour faire cette sortie un jour de semaine afin d’éviter la foule des week-end, cela s’est révélé une excellente stratégie. 
    Nous voilà donc partis, pour 2 h de route environ. Carrara se situe en Toscane presque au bord de la mer Méditerranée. Pour traverser le massif des Apennins, nous empruntons l ‘autoroute dite " Autocamionale della Cisa " (elle franchit le col de la Cisa à 1000 m). Et bien elle porte bien son nom, plus de camions que de voitures,
    il faut dire qu’elle relie les ports de la Spezia et Livorno aux régions économiques très actives du nord de l’Italie. 
    Les carrières de marbres de Carrare se situent dans le massif des Apennins dans une région appelée Alpes Apuane. De loin les sommets pointus semblent enneigés mais en fait c’est la pierre qui très blanche reflète la lumière. 
    Il y a 3 bassins principaux Colonnata, Fantiscritti, et Torano, on compte 270 carrières en activité. 700 000 tonnes/an de marbre sont extraites par 200 entreprises. 
    Les carrières de marbre de Carrara sont exploitées depuis l’époque romaine. La pureté et la couleur de cette pierre sont exceptionnelles et c’est sans aucun doute un des marbres les plus recherchés au monde. Michel-Ange allait y choisir ses blocs. 
    Après avoir traversé la ville de Carrara, une petite route monte vers Colonnata première étape de notre journée. 
    Ce petit village est aussi connu pour son marbre que pour une spécialité alimentaire le lardo di Colonnata, du lard que l’on fait macérer avec de l’ail et des épices dans des bacs en marbre. Les ruelles embaument de ce parfum assez particulier.

     Le village de Colonnata et ses carrières

     Le monument au carrier devant l'église de Colonnata

    Colonnata carrière à ciel ouvert.
     
     Colonnata carrière, on distingue bien les "tranches" découpées 

    La descente en camion, ça ne va pas vite et les camions doivent avoir de sacrés freins !

    Ruelle de Colonnata, le marbre est partout, sol, banc.
     
     Après une visite du village, puis nous dirigeons vers Fantiscritti. Là se trouve une carrière souterraine que l’on peut visiter. En attendant le prochain tour nous parcourons un musée à ciel ouvert et gratuit qui permet de comprendre l’évolution des techniques d’exploitation. 
    A l’époque romaine, des coins en bois étaient insérés dans des fissures naturelles de la pierre puis on faisait gonfler le bois avec de l’eau et ainsi des blocs se détachaient. Au 19 ème siècle, l’utilisation d’explosifs ayant été rapidement abandonnée car trop destructive, les techniques évolueront avec l’utilisation du fil hélicoïdal avec des treuils. De nos jours on utilise le fil diamanté.

    Musée de Fantiscritti Les coins romains

    Musée Fantiscritti divers outillages

    Musée Fantiscritti, vue sur les treuils

    Musée Fantiscritti, tout est en marbre !
     
    A côté du musée un atelier de sculpture

     
     
    Visite de la cava N°84 
    Nous pénétrons en minibus dans les entrailles de la montagne. Après être passés devant une partie en exploitation, le minibus s’arrête dans une véritable cathédrale qui est uniquement utilisée pour les visites et des opérations de prestige. Il fait frais (13 °C), l'endroit est impressionnant (15 m sous plafond !) 
    La jeune guide parle très bien français, ce qui nous évite la traduction simultanée pour mon père le seul de nous à ne pas comprendre l’italien. La visite est courte (½ h en tout) mais très bien documentée. 
    La description des techniques de découpage est précise. 
    Un espace de 3 m est laissé entre le plafond et le haut du bloc à découper. 
    Une sorte d’énorme scie découpe d’abord ce qui est la base du bloc puis les côtés. Ensuite le fil diamanté est utilisé pour découper la partie postérieure du bloc. Pour le faire basculer sans l’endommager, on glisse une sorte de coussin métallique (à usage unique) qui est ensuite gonflé d’eau. Sous l’effet de la pression le bloc tenu par un câble à un énorme engin bascule sur un lit de gravats qui a été auparavant étendu sur le sol devant le bloc encore debout. 
    Une vidéo de cette opération sur le lien suivant : Marmotour (page visites guidées cliquez sur chute d'un bloc de marbre à l'intérieur de la carrière) 
     
    Entrée de la carrière souterraine

    Intérieur de la carrière

     
     Le type d'engin qui retient le bloc pendant son basculement au sol 
    (La photo est de mauvaise qualité mais elle donne une idée des dimensions) 

    Vue générale de la carrière, des sculptures y sont exposées

     Le tunnel continue encore 600 m et donne accès à d'autres carrières à ciel ouvert
     
    Le transport des blocs vers le bas se faisait autrefois avec des troncs d’arbres (lizzatura, sorte de luge), puis avec des carrioles avec des boeufs. Ensuite une ligne ferroviaire fut construite. Aujourd’hui le transport des blocs est assuré par des camions sur des routes en sens unique suivant le tracé de cette ligne ferroviaire.
     
    Pour finir la journée, nous décidons d’aller sur la côte, après un passage éclair à Marina di Carrara, (c’est moche et sans intérêt), nous nous dirigeons vers Lerici petite ville touristique. Le week-end et l’été c’est bondé et impossible de s’y rendre en voiture. Comme nous sommes en semaine c’est beaucoup plus calme et accessible.

    Lerici port et château

     Lerici place principale avec ses maisons typiques 

    Lerici, le port de pêche
       
     
     Attention faux -amis l’italien c’est moins simple qu’on croît ! 
    cava = carrière 
    cave = cantina 
    cantine = mensa 
    Pour en savoir plus 
    - sur les techniques d'extraction du marbre cliquez Ici  
    - sur le lard de Colonnata cliquez Ici 
    Pour une meilleure compréhension tous les mots en italien sont en italique vert

    « Giro 20116-8/12/2009 ski de piste Valtournenche-Cervinia AOVal d'Aoste Italie -Zermatt VS Suisse »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :