• Eté avant

  • Préambule : Ce reportage est l'ancêtre de tous les autres. Réalisé il y a 2 ans pour un ami passionné de montagne (Guillaume, ça devrait te rappeler quelque chose ....!) il s'agissait d'un récit avec photos bricolé vite fait (et non sans problème !) sur Works. Malgré les difficultés techniques j'avais pris grand plaisir à le rédiger, et ainsi faire connaître cette région et partager mon récit.

    Malgré quelques petits problèmes de mise en page, j'ai volontairement peu modifié le texte, laissant tout le charme (et les imperfections) d'une première expérience ! 

     

      Fin août 2007, nous disposons de quelques jours de vacances, Diane travaille (job d’été Autogrill sur l’autoroute) et Raffaele est en camp, nous décidons donc de partir tous les 2 vers la Suisse. L’idée est de faire le tour du massif de la Bernina et de, éventuellement, faire un peu de randonnée. Après enquête sur Internet nous avons juste réservé une nuit dans la petite ville de Chiavenna au bout du lac de Côme.


    Lac de Côme
     

    Le centre de la petite ville de Chiavenna
     

    Le lendemain nous voilà partis pour la Suisse toute proche, sur la
    route bref arrêt pour admirer la cascade de "Acqua Fraggia"
     

    Sitôt passée la frontière, le changement est très visible, route lisse comme un billard, nombreux ponts et tunnels presque luxueux….Au détour d’un virage apparaissent des cimes enneigées, il faut dire que quelques jours avant
    il a fait mauvais temps et il a pas mal neigé en altitude. Nous arrivons sur un plateau avec une enfilade de lacs et les stations de Silvaplana, Saint Moritz où il est quasi impossible de se garer et arrivons à Pontresina.
     
          

    Moins mondain que Saint-Moritz et moins connu que Zermatt, c’est un important centre d’alpinisme en Suisse.

    Le village est assez hétérogène, de très vieilles maisons, des hôtels la plupart luxueux certains style "château". Un bref détour par la maison du tourisme pour trouver un hébergement abordable. Par manque de pratique j’ai pas mal perdu en allemand et si je comprends à l’écrit je suis incapable de tenir une conversation. Le fait de parler en français facilite les choses car même si on est à quelques km de la frontière ici on ne parle pas italien. D’une façon générale les italiens sont très mal vus en Suisse alémanique. On nous indique une pension où nous faisons affaire, c’est simple et confortable mais impeccable on est en Suisse on mangerait par terre....! Le reste de la journée nous faisons un tour dans le village, puis une petite marche dans une vallée vers un glacier mais rentrons assez vite car les magasins ferment tôt (18 h) et il faut prévoir le pique-nique du lendemain.

    En restant 3 jours à la pension on a droit à une carte de passage gratuit sur les remontées ouvertes, nous établissons donc un programme pour en profiter.


    Le lendemain direction le funiculaire de Muragl qui fête son centenaire.
    Nous allons parcourir le sentier balcon Steinbockweg (chemin des bouquetins emblème du canton des Grisons)
    puis redescendre en télésiège à Pontresina.
    Ce sentier permet d’avoir une vue panoramique sur St-Moritz et sur le massif de la Bernina.
     

    St-Moritz est le berceau des sports d’hiver.
    A l’origine station thermale, il fallait distraire les riches qui y séjournaient.
    C’est toujours une station très haut de gamme.
     
     
     
     

    Nous passons le refuge Segantini, puis traversons une ensemble de murets qui protègent le village
    des avalanches. Ce dispositif est très ancien (début 20 ème siècle).
     
     
     

    En face de nous tout le massif de la Bernina, on dirait des illustrations de livres de géographie,
    tellement ces vallées glaciaires semblent parfaites.
     
     
     
     De vrais paysages de carte postale !
     
     
     

    Des maisons anciennes typiques de la région l’Engadine.
     
     La pension Hauser notre hôtel "zéro étoile" très correct.
     

    Au dessus de la pension à l’écart du village une très vieille église (12 ème siècle).
     

     


    Le lendemain, petit plaisir nous montons avec le célèbre petit train rouge (classé depuis peu au patrimoine mondial) au col Bernina où nous empruntons le téléphérique Diavolezza. A 3000 m il permet d’approcher tous les sommets
    du massif de la Bernina. Les possibilités de randonnées sont limitées on est tout de suite en haute montagne,
    nous optons pour un petit sommet (à peine ½ h de marche) belvédère sur les sommets et la vallée.
     
     
     
     

    Le col Bernina de loin et de près.
     

    De nombreux hélicoptères (tourisme) survolent glaciers et sommets.
     
     
     
    Que de monde en montagne par ce beau dimanche de fin d’été, aux jumelles j’observe des cordées
    sur pratiquement toutes les montagnes, avec un pic de fréquentation sur la voie du Piz Palù,
    sans doute le plus accessible.
     

    On voit se succéder les petits trains rouges tout en bas. 
    Ce passage avec tunnel me rappelle beaucoup la ligne Oslo-Bergen en Norvège sur les hauts-plateaux
    avant la descente dans les fjords.
     

    Dans une vitrine une merveille pour la grande amatrice de fromage que je suis....
     
     On finit comme on a commencé, par un lac italien, le Lac d'Iseo.
     
     
    Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique